UN OFFICIEL DE LA BAD SOULIGNE LES BONS RÉSULTATS DU PASA/LOUMAKAF

UDakar, 29 mai (APS) – La Banque africaine de développement (BAD) se dit satisfait des bons résultats enregistrés par Projet d’appui à la sécurité alimentaire (PASA/Loumakaf) dont la mise en œuvre fait du Sénégal ’’un bon exemple’’ du portefeuille de cette institution multinationale de développement.

« Le Sénégal est un bon exemple pour le portefeuille de la Banque africaine de développement, à travers le Projet d’appui à la sécurité alimentaire, (PASA/Loumakaf) avec 80% de réalisations attendues’’ de cette initiative, a déclaré Hatem Fellah, agronome principal au bureau de Dakar de la BAD.

Selon lui, cette appréciation se fonde « sur l’état d’avancement actuel du projet qui permettra, avec une probabilité de plus de 80%, d’atteindre les résultats attendus et les objectifs de développement ». 

M. Fellah intervenait mercredi au cours d’un atelier portant sur « une amélioration des systèmes de suivi et d’évaluation des projets du portefeuille de la Banque dans le cadre du programme mondial pour l’agriculture et la sécurité alimentaire ».

Le PASA/Loumakaf) intervient dans les régions de Louga Matam et Kaffrine, dans le cadre du programme mondial pour l’agriculture et la sécurité alimentaire (GAFSP). 

Le Programme mondial pour l’agriculture et la sécurité alimentaire (GAFSP), vise à renforcer les capacités des coordonnateurs de projets des responsables en suivi-évaluation, en vue d’échanger sur les défis rencontrés, de tirer les leçons et de partager les expériences en matière de suivi d’évaluation, a-t-il fait observer.  

L’objectif visé à terme est de « collecter et communiquer de manière adéquate les données relatives aux résultats afin d’améliorer le rapportage des projets en vue d’une meilleure notation du portefeuille », a précisé Hatem Fellah. 

Le PASA/Loumakaf, financé par la BAD à hauteur de 25 milliards de FCA pour une durée de 5 ans, va prendre fin en décembre prochain.

« Les résultats sont bons mais nous devons être très vigilants pour finir en beauté », a relevé l’agronome principal du bureau de la BAD à Dakar.

Il a souligné d’autre part la nécessité de travailler à « maximiser la consommation des ressources et en termes de renforcement de capacité des bénéficiaires pour pérenniser les activités ». 

La BAD « veut s’inspirer du modèle sénégalais à travers ce projet, pour inviter les autres pays à voir comment améliorer le suivi-évaluation et les performances, tirer les leçons, faire un retour d’expériences », a indiqué Hatem Fellah. 

Parmi les dix projets de la BAD, « le PASA est le seul à être classé dans la catégorie une par le fonds GAFSP », a indiqué M. Fellah, ajoutant : « Cela permettra aux autres coordonnateurs aussi bien anglophones que francophones, de s’inspirer de l’expérience du PASA et passer rapidement à la catégorie 1 ». 

« C’est cela l’objectif de la BAD consistant à amener tous les projets financés à présenter de très bons résultats », lesquels concernent les impacts ressentis par les populations de producteurs, d’agriculteurs et d’éleveurs ciblées par le PASA, en termes d’amélioration de la sécurité alimentaire, de revenus et de conditions de vie des populations. 

Interpellé sur la prochaine phase de ce projet, Hatem Fellah, a déclaré : « Nous sommes en train de réfléchir sur cela. Au moment venu, nous accompagnerons le Sénégal mais nous devons d’abord finir en beauté celui-ci ».SBS/BK

Written by 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *